Introduction générale à l'économie 29 Septembre 16h-17h

Chapitre 1: Les sociétés pré-industrielles

 

Section 1: les Caractéristiques 

 

§1: L'économie primitive et l'antiquité

 

On est au départ dans ce qu'on appelle une économie de subsistance: l'élément central est de survivre, question agro-alimentaires en priorité donc, sous forme de chasse ou de cueillette et ensuite sous forme sédentaires (agriculture). 

Cette économie primitive est caractérisé par une auto-consommation, c'est à dire que le groupe consomme ce qu'il a lui-même produit: on est avant tout dans un système d'économie fermé dans lequel il n'y a pas d'échange avec les autres groupes, ou seulement des changes limités sous la forme du troc. La situation démographique est également très caractéristique avec une très forte natalité et une très forte mortalité. L'élément graphique dominant, ce sont les fluctuations de la mortalité. 

 

La caractéristique essentielle de ces économies, c'est l'absence de la notion de temps, de durée, d'anticipation: il n'y a évidemment pas d'épargne, il n'y a pas d'investissements, il n'y a pas de processus de capitalisation : on est alors dans ce que l'on appelle un jeu économique à somme nulle, ce qui veut dire sans croissance, sans augmentation de la production d'une année sur l'autre: c'est un système dans lequel les gains des uns représentent les pertes des autres: si un groupe s'enrichit, c'est qu'un autre s'appauvrit. On est donc dans une logique de conquêtes, de pillages, de colonisations. Cette équilibre traditionnel va être rompu par un phénomène majeur, peut être la plus grande innovation économique qui est l'invention de la monnaie. 

 

Cela va permettre un développement des échanges commerciaux. En l'absence de monnaie, les échanges économiques sont possibles mais beaucoup plus difficiles: c'est ce que l'on appelle le troc: échange d'un produit contre un autre. 

Or le troc présente un inconvénient majeur qui va freiner ces échanges: il faut que les besoins des deux échangeurs coïncident (soient l'inverse l'un de l'autre): et cela va demander du temps pour faire cette recherche: coût d'informations qui va ralentir la production et donc l'activité économique. 

 

Il existe des causes d'une autre possibilité dans le troc: on va échanger un bien A contre un bien A qu'il va échanger contre le bien B, qui lui même sera échangé contre le bien C, et continuation jusqu'à trouver le bien qui pourra être échangé contre notre besoin: ce sont des coûts de transaction. 

L'existence des coûts d'informations et de transaction fait que les échanges sont peu nombreux avec le troc, et que le troc frêne l'activité de production en raison du temps perdu. Le troc présente un deuxième inconvénient: la question de la valeur: comment mesurer la valeur ou le prix d'un bien quand il n'y a pas de monnaie, il n'y a alors que des prix relatifs, et donc il n'y a pas de prix du pain par exemple: il y a le prix du pain en viande, ou le prix du pain en vêtement, ect…

 

L'information économique est donc considérablement appauvrie puisque ça n'est qu'au cours de l'échange que l'on découvre le prix relatif des biens. Troisième difficulté: comment faire lorsque les bien échangés ont deux valeurs différentes: si le bien est indivisible, cela risque de poser problème: cela freine encore une fois les échanges.

 

Enfin, la question du temps: comment épargner avec le troc: théoriquement, on peut épargner puisque épargner, c'est renoncer à consommer immédiatement: on stocke les produits pour les vendre/consommer dans deux ans, mais il faut que les produits ne soient pas périssables, et il y a des couts énormes de stockage et de gardiennage. Pour toute ces raisons, la monnaie va constituer une innovation économique majeure: la monnaie présente l'avantage de briser en deux l'acte d'échange: en effet dans le troc, l'échange est simultané. 

 

Dans la monnaie, il y a désormais deux distinctions: l'acte de vente qui consiste à vendre un produit, son travail contre un équivalent général accepté par tous qui est la monnaie. Et donc dans ces conditions, on n' a pas besoin de savoir le bien que produit celui qui achète mon pain: la seule chose qui importe, c'est qu'il me donne de la monnaie que j'accepte: s'effondre donc d'un coup les coût de transaction et d'informations. Et puis, peut-être à un autre moment, peut-être à un autre endroit, je vais procéder à un acte d'achat qui consiste à échanger l'équivalent général contre le bien que je cherche; il n'y a aucune raison que ce soit au même moment et au même endroit. Dans ce cas, je n'ai plus besoin de prospecter le marché puisque n'importe quel vendeur fait alors l'affaire. On va donc passer un maximum de temps à produire.

 

Il y a donc 3 fonctions de la monnaie:

 

- instrument de paiement dans l'espace: quand on a de la monnaie, on peut acheter n'importe quel bien dans la limite de son pouvoir d'achat, à l'intérieur d'un espace déterminé qui est traditionnellement l'espace national, qui dans certains cas dépassent l'espace nationale (les 17 pays membres de la zone euro par exemple). L'avantage ici de la monnaie est que ce que l'on acquiert avec de la monnaie, c'est un pouvoir d'achat qui n'est pas encore affecté. Dostojevski: "la monnaie, c'est de la liberté frappée".

 

- c'est une unité de compte: c'est à dire un instrument de mesure: qu'est ce que mesure la monnaie: la valeur ou le prix absolu d'un bien. L'avantage est que désormais, la monnaie a un prix. La monnaie mesure les valeurs exactement comme le maitre mesure les longueurs ou le kilo mesure les poids.

 

- un instrument de paiement dans le temps: on dit une réserve de valeurs. Cette fois, la monnaie permet de choir le moment: et donc la monnaie permet l'épargne qui consiste à conserver un pouvoir d'achat dans le temps: cela apporte donc une liberté du choix du produit et du choix du moment. Pour bien remplir son rôle, il faut que la valeur de la monnaie soit stable, et le contraire de la stabilité, c'est l'inflation: quand il y a inflation, cela veut dire que si l'on conserve de la monnaie, elle perd de la valeur, et que les prix montent de 10%, le pouvoir d'achat aura été amputé de 10%. 

 

La question qui se pose alors est celle des formes de la monnaie: qu'est ce qui peut servir de monnaie. Un bien quelconque qui servirai de monnaie: il suffit que le groupe s'accorde pour dire que ce bien est l'équivalent général, ce bien est la monnaie. La seule condition pour que cela fonctionne est le bien qui soit pris comme monnaie soit relativement rare. 

Historiquement, n'importe quoi ou presque a été utilisé comme monnaie: dans la Grèce antique d'Homère, l'unité monétaire était le boeuf, et donc la valeur des biens était exprimée dans cette valeur générale. Dans les civilisations maritimes, ce sont les poissons séchés qui servaient de valeur générale, de même que la fourrure dans les pays froids. Dans certaines sociétés africaines, des coquillages (pour celles qui sont loin des cotes).

Il suffit de se mettre d'accord sur ce qu'est l'équivalent général. Et pourtant, la plupart des sociétés qui se sont développés ont choisi une forme particulière de monnaie qui est la monnaie métallique: c'est ce qui s'est passé pour les sociétés gréco-romaine ou encore en Chine: les métaux précieux à savoir l'or et l'argent, et suivant les cas où l'or seul ou l'argent seul. Pour les petite sommes, on utilise des métaux non précieux comme le bronze et le cuivre: volume pas trop compliqué à transporter. 

La monnaie métallique est parfaitement divisible: ce qui a donné les pièces et les lingots. La monnaie métallique est homogène: un lingot d'or équivaut à un autre lingot d'or. La monnaie métallique a fait son apparition dans toute les civilisations qui sont développés: sous quelle forme ? Si l'on prend nos régions, ce sont les marchand qui ont d'abord inventé la monnaie métallique: pour nous, cela s'est produit il y a environ 4000 ans en Mésopotamie: des marchand transportaient des barres en argents qu'ils découpaient et pesaient la quantité d'argent dont il avait besoin: cela a duré jusqu'au 6ème siècle. Pour en garantir la valeur, c'est là que le politique intervient: on a pris l'habitude de frapper ces pièces avec le visage du souverain ou avec le symbole de la république. Crésus a alors songé a frappé les pièces d'or et d'argent: il avait des grandes quantités d'or dans son royaume avec notamment le fleuve Pactole. A Spartes, imposition d'une monnaie en fer (lourd et peu de valeur: pour 500 grammes d'or, il fallait 1 tonne de fer: il était donc impossible de commercer (souhait de la cité de spartes): la monnaie si elle a une grande valeur, et si elle est peu pratique, freine les échanges.